index.php?rub=accedez_a_votre_espace_partenaire Imprimer cette page Connexion à l'administration

Spécificités

Spécificités : littoral et qualité sanitaire des eaux

Le bassin versant littoral de l'Aber Benoit et de l'aval l'Aber Wrac'h présente plusieurs caractéristiques :

  • La présence des deux abers (rias) emblématiques
    • Une forte dimension littorale dont la qualité conditionne, dans un esprit de développement durable, le niveau d'activité soutenable à terre
  • La cohabitation de différentes activités économiques
    • agriculture, conchyliculture, industrielles agro-alimentaires et de transformation, tourisme ; faire que le développement d’un des secteurs ne se fasse pas au détriment de l’autre
  • L'importance de la qualité sanitaire des eaux
    • Nécessaire à la qualité des produits conchylicoles et à celle des eaux de baignades, à l'image des activités et de son territoire, à la cohabitation des activités entres-elles
  • L'image des Abers
    • Les risques d’une mise en œuvre d’actions juridiques et / ou de l’impact des déclarations médiatiques, qui nuiraient à l'ensemble des activités

Un fort investissement de suivi et d'analyse d'échantillons d'eau et d'huîtres du bassin versant et de son estuaire ont permis d'identifier les principes de fonctionnement du bassin versant en distinguant les périodes de forte et de faible pluviosité.

Les principaux résultats effectués en 2007 publiés dans le rapport de l'IFREMER (Suivi de la contamination bactériologique des coquillages et des apports à l’estuaire de l’Aber-Benoît ; année 2007. Piriou et al. 2008) sont :

  • Les fortes contaminations des huîtres de l’estuaire se produisent suite à des fortes pluies sur les bassins versants qui laissent alors échapper par ruissellement des flux importants de bactéries
  • Le point Keramoal est le plus contaminé en moyenne ordinaire et en crue. Ceci peut s’expliquer par son positionnement médian qui provoque une double contamination : à la marée descendante par les apports des 3 grandes rivières amont Aber Benoît, Aber Benouic et rivière de Coat Méal, puis à la marée montante par la rivière aval de Plouguin
  • Les contaminations des huîtres de l’amont de l’estuaire trouvent leurs origines dans les apports bactériens essentiellement des rivières Aber Benoît, Aber Benouic et de Coat Méal
  • Les contaminations des parcs à huîtres de l’aval sont principalement influencées par les apports bactériens débouchant dans l’aval de l’estuaire, en particulier par l’intermédiaire de la rivière de Plouguin lors des crues

Qualité sanitaire des eaux

 

Fig 2 : Moyennes d'E.coli dans les huitres de l'Aber Benoit en 2007

Fig 3 : Apport moyens de bactéries par les rivières en estuaires de l'Aber Benoit en 2007 (en période ordinaire et en crue)